Archive | Books RSS feed for this section

New In : La petite boulangerie du bout du monde – Book

11 Oct

Je reviens ici pour faire part d’un livre que j’ai beaucoup apprécié et qui pourtant ne présageait rien d’exceptionnel. Il s’agit de.. La petite boulangerie du bout du monde, écrit par Jenny Colgan et sorti en 2014.

Afficher l'image d'origine

Ma foi ce livre m’a beaucoup inspiré. C’est sûrement parce que je me suis identifiée à l’héroïne : Pollie dont la vie professionnelle par en sucette. Haha (rire jaune quand même) Quand on fait sa connaissance, la boîte de graphisme qu’elle avait crée avec son mari fait faillite, son mariage est quasiment terminé. Elle n’a plus un sou et surtout pas l’envie de se faire plaindre par son entourage. Sa maison est en vente pour payer ses dettes, elle n’a nulle part ou vivre. Alors sur un coup de tête, elle décide de se rendre dans un village au bord de la mer à 1h de Plymouth sa ville natale, pour refaire sa vie. Si au départ, elle ira de déconvenues en déconvenues, ses nombreux efforts finiront par payer et elle finira par retrouver sa véritable identité en faisant ce qu’elle aime le plus faire : du pain! C’est ainsi que va naître la petite boulangerie et qu’elle découvrira une ville pleine de charme avec des habitants attachants et simples.

Pollie est vraiment un personnage inspirant, non seulement parce qu’elle ne renonce jamais mais aussi parce quelle fait preuve de beaucoup de courage et de force de caractère. On peut facilement se laisser abattre quand on fait face à toutes les épreuves qu’elle endure. Mais en fait, ce livre nous enseigne il me semble en tout cas, que lorsque l’on fait face à plusieurs échecs, on ne peut que se relever. On peut avoir plusieurs vies dans une vie et c’est ce qui est super. Au final, même si le graphisme lui plaisait et même si sa micro entreprise avait continué de fonctionner comme c’était le cas au départ, elle n’aurait pas connu les joies de sa nouvelle vie. Un endroit paisible loin du tumulte de la vie citadine, la rencontre de personnes authentiques loin des habitudes de surconsommation, le charme des plaisirs simples qui nous comblent, lui auraient fait défaut.

Les points positifs du livre c’est la façon dont s’enchaînent les évènements, il y a à chaque fois de la profondeur dans les personnages et dans les rapports qui les unissent. Beaucoup de vérité également et ça surprend pour un petit roman sans grande prétention. Au final j’ai passé un agréable moment et je le recommande vivement!

En outre, on en apprend beaucoup sur la marine et les chansons de marins en Angleterre du moins, les références sont adorables. Si vous aimez le pain, (ben oui vous aimez, vous êtes français)il y a quelques petites recettes et secrets de fabrication qui vous raviront.

Petit plus : Une suite est sortie en début d’année. et tient pour titre : une saison à la petite boulangerie.  Je ne l’ai pas encore lue mais j’ai hâte de m’y mettre !

La fille du train, un succès mérité?

29 Mai

Afficher l'image d'origine

Vous avez certainement entendu parler de ce thriller psychologique. C’est un best seller écrit par Paula Hawkings  dont l’adaptation sur grand écran verra bientôt le jour avec Emily Blunt pour le rôle du personnage principal.

Si au départ, j’avais hâte de me lancer dans la lecture de ce livre, je suis rapidement devenue sceptique

L’histoire en tant que telle n’est pas dénuée d’intérêt et on rentre très facilement dans le sujet.

Sauf que je m’attendais à mieux. On l’a très certainement survendu. Parce qu’au final c’est une histoire très simple. Il n’y a rien d’original ou de retournement de situation surprise qui vont vous bluffer. Malgré cela, ça reste un livre appréciable.

Quand on commence la lecture du roman, on fait la connaissance des personnages et ce qu’il a de bien c’est qu’on est à chaque fois dans la peau de 3 personnages féminins, même si le personnage principal reste celui de Rachel. Ce qui fait que la description des personnages ne survient que par ce qui est perçu par les autres. Rachel ne nous décrit jamais son apparence. Mais Anna nous apporte des indicateurs sur les caractéristiques physiques de Rachel ou d’elle même. L’alternance des points de vue apporte beaucoup d’élément. Et on comprend bien la réaction de chacun. Rachel est une alcoolique totalement perdue qui prétend aller au travail tous les jours pour prendre le train et procéder à son voyeurisme quotidien. Du train elle peut revoir son ancienne maison, son ex fiancé qui vit sa nouvelle vie depuis qu’il la quitté pour Anna mais à chaque fois c’est tellement douloureux qu’elle détourne les yeux. Elle peut également profiter de ce temps ci pour contempler Megan qui vit dans la même rue et qui semble vivre une vie de rêve. Bien sûr elle ne les connaît pas vraiment.

Jusqu’au jour où Megan disparaît.  Rachel se met alors en tête d’enquêter. Elle prend très a cœur cette situation ; Au fur et à mesure que l’histoire avance on se rend compte à quel point Rachel est une victime des événements. Et s’est laissée tomber dans une spirale perverse. On ne saurait donner trop de détails sur son historique et ce qui l’a rendu telle qu’elle est quand l’histoire démarre, cela diminuerait l’intérêt du roman. Anna qui se présente comme sa rivale naturelle est quant à elle bien différente et nous apparaît comme le personnage le moins sympathique de l’histoire et enfin Mégane a qui tout semble sourire n’en mène pas large et porte en elle, un lourd passé.

++++

Le plus intéressant dans ce roman reste sans doute le développement psychologique des différents personnages.

Quand on est du point de vue de Rachel, on s’interroge naturellement sur ce qui la rend aussi misérable. Au fur et à mesure on s’aperçoit qu’il s’agit d’une personne très lucide sur son état et qui fait la part des choses en séparant sa vie actuelle de sa vie d’avant. Si bien qu’elle fait la différence entre ces deux périodes de sa vie en faisant référence à son ancien « moi » qui aurait réagi de telle façon et aurait eu tel impact sur les choses. Désormais elle se voit comme une charge et un fardeau pour elle-même et les autres. Seule, isolée et dépressive, elle s’auto critique sans cesse. On est frappée par un tel manque d’amour propre. C’est à la fois troublant et triste. Mais l’air de rien, et en dépit de son état actuel, elle parvient à faire preuve de bon sens et d’intelligence notamment quand elle décide de se mêler à l’enquête de police.

Les autres personnages ne sont pas aussi bien développés car l’air de rien, on est du côté de Rachel et non des autres. Mais lorsque on s’intéresse à Anna, on ne peut qu’éprouver de l’aigreur pour elle qui se réjouit sans cesse d’avoir pris la place de Rachel.

En revanche, quand on se place du côté de Megan, on a une toute autre vision, il s’agit d’une jeune femme qui possède tout pour être heureuse en apparence mais qui souffre de gros problèmes psychologiques.

La progression du roman est d’ailleurs bien dosée puisqu’au fur et à mesure de l’intrigue on découvre davantage d’élément sur les différents profils. Le ravisseur de Megan fait forcément partie du lot des personnages présentés et pourtant on n’a pas directement d’idée sur son identité. Les doutes sont tournés sur son fiancé et même sur Rachel.

Malgré tout ces aspects positifs, j’ai trouvé pas mal de points dérangeants.

——-

Comme je vous le disais plus tôt, peu d’évènement surviennent tout le long de l’histoire. Rachel continue plus ou moins sa fausse routine tout en essayant de récolter des informations sur la disparition de Megan. Mais étant très seule, peu d’interactions avec le monde extérieur nous sont racontés et donc beaucoup de passages un peu creux et sans animation sont rapportés. Heureusement qu’on alterne de point de vue entre les personnages. Quand on est sous la focalisation interne de Megan, on s’ennuie moins. Surtout qu’elle reste l’objet de l’enquête.

Par ailleurs, certains éléments me paraissent peu plausibles. L’enfermement de Rachel dans sa situation ne sont dus qu’a des actes manqués. Au final elle s’accroche à sa vie passé sans pouvoir avancer, telle une obsessionnelle mais elle reste néanmoins assez saine d’esprit pour servir de personnage principal un minimum intéressant et sur lequel l’intrigue entière repose. C’est assez facile.

 

En outre quand on découvre l’identité du ravisseur de Megan, on se dit que les personnages sont vraiment passés à côté mais de manière monumentale et ça paraît gros.

Conclusion

Dans l’ensemble, la fille du train est un livre appréciable qui vous emmènera facilement dans son intrigue mais qui manque quelque peu d’action et de rebondissement crédible.

Shannara Chronicles : La révélation de l’année !

16 Jan

Ok je ne prends pas trop de risque avec ce titre, étant donné qu’on entame à peine l’année! Mais pour le coup, c’est vraiment une super trouvaille, un super univers à découvrir là. Et pourtant j’ai bien failli passer à côté.

Afficher l'image d'origine

Pour les petits chanceux qui ne connaissent pas encore cette merveille, il s’agit d’une série de bouquins du genre  fantasy écrit par un pote de Tolkien : Terry Brooks. Et si l’histoire a des similarités avec l’univers du seigneur des anneaux, c’est bien que le genre est le même. Bon apparemment ça a valu à Brooks quelques critiques. Mais pour sa défense, je dirais que c’est difficile d’innover après le génie Tolkien. Enfin bref, l’histoire se passe dans un monde post apocalyptique si bien que par moment, le décor (dans la série) nous montre des vestiges du passé comme des vieux ponts à l’abandon ou des voitures totalement défoncées laissés sur le sol. Il semblerait que les habitant de ce monde n’y fassent guère attention puisqu’on se trouve dans un monde où la magie a remplacé la technologie.

Des humains, des elfes, des gnomes, des trolls sont choses communes. Dans la série, l’intrigue démarre avec une course d’elfes qui prend part dans les 4 terres pour déterminer 7 élus qui devront prendre soin de l’Ellcrys, un arbre sacré. Cet arbre renferme à l’intérieur de ses feuilles des démons. Lors de cette course, nous faisons la connaissance d’Amberle (interprété par Poppy Dayton) princesse des elfes qui participe à cette course et remporte le statut d’élu. Nous suivons aussi Wil (joué par Austin Butler) un demi-elfe qui a le souhait de devenir guérisseur et qui quitte sa maison après la mort de sa mère. En route, il rencontrera une vagabonde puis un druide (Manu Bennet). Et l’aventure va ainsi prendre place.. mais je ne vous en dis pas plus.

Afficher l'image d'origine

J’avais beaucoup d’appréhension avant de commencer la série.  Des séries de ce genre sont vraiment difficiles à réussir, on peut très facilement tomber dans la série B. Il faut que ça sonne juste. Eh bien je dois dire que j’ai été tellement surprise. En 4 épisodes je me suis pris de passion pour les personnages, leur quête, l’univers. Et a aucun moment, je n’ai grimacé quand j’entendais parler de druide ou de magie. On y croit vraiment!  Le décor est beau, tout est crédible aussi bien le jeu des acteurs que les intrigues. Evidemment on reste sur des thèmes assez communs de séduction, de quête impossible, d’amour dangereux, de méchants très méchants mais ça fonctionne.

 

Ce que j’aime le plus :

  • Les acteurs

On a les petits jeunes qui apportent de la fraîcheur comme Poppy Drayton qui est magnifique!

Afficher l'image d'origine

Poppy Drayton alias Amberle

Mais on a aussi droit à des pointures du cinéma avec John Rhys Davies le roi des elfes, qui, surprise, interprétait le rôle du nain dans la trilogie du seigneur des anneau.

Afficher l'image d'origine

Le roi des Elfes bouyaaa

On a aussi  James Remar (Dexter, x-men le commencement, Django)   qui joue ici le rôle d’un vagabond pas très sympa.

  • Les personnages ont tous un background, un passé et des problématiques bien à eux. Will est en quête d’identité et se cherche (non il n’est pas gay). Amberle a sa mission à accomplir mais la perte de ses parents lui pèse. Eretria aimerait plus que tout obtenir sa liberté et se retrouve entraîné dans l’aventure la liant à Wil et Amberle..
  • L’univers. J’adore les histoires d’elfe, de trolls et autres créatures surnaturelles. Quand l’imagination enveloppe un récit, on peut se permettre plein de fantaisies et c’est très agréable. Ça attise la curiosité et on veut en savoir plus sur le pourquoi du comment. Les différences physiques entre les différentes créatures existantes, les pouvoirs qui en découlent, les règles gouvernantes .. enfin bref c’est super
  • Les intrigues amoureuses naissantes forcément me donnent envie de continuer
  • L’image. Oui parce que les décors, les costumes, les couleurs sont toutes super jolies. Dans un bon film de fantasy les moyens sont au rendez vous et pour le coup ici quelqu’un a banqué haha.

Afficher l'image d'origine

Ce que j’aime le moins :

  • Effectivement je vois des similarités avec Tolkien mais comme je vous l’énonçais plus haut, je suis convaincue que cela va tendre à diminuer au fil des épisodes. Evidemment au départ, ça nous rappelle les incontournables car peu d’histoires de fantasy sortent au cinéma (même s’il en existe des tas en livres. )
  • Le manque d’audience que MTV enregistre lors des diffusions. Ca me fait craindre un arrêt soudain du show. J’espère que les américains vont arrêter de regarder des séries policières et criminelles et se mettre à regarder des vraies séries innovantes comme celle-ci (bon même si c’est une adaptation, ça reste innovant)

Pour tout vous dire, je suis tellement tombée amoureuse du show et de l’univers que j’ai prévu d’acquérir les romans incessament sous peu. Apparemment la série est constituée de 24 romans, d’une BD, de 3 nouvelles et d’un guide! De quoi se faire plaisir pendant un moment. Si vous souhaitez vous aussi vous y mettre, la FNAC a prévu de ressortir en boutique la série complète d’ici quelques jours voire semaines. Youhou! Patience donc

Mes favoris du mois #Décembre

27 Déc

Afficher l'image d'origine

Master of None créée par Netflix, une série écrite par Aziz Ansari qui interprète également le rôle principal. La série est largement autobiographique même si elle est également romancée. Aziz ansari joue ici le rôle de Dev, un américain d’origine indienne, trentenaire qui essaie de s’en sortir dans le monde du cinoche. 5 ans auparavant, il s’est fait repérer dans la rue et caster pour jouer le rôle d’un indien dans une publicité et depuis il enchaîne les auditions pour tenter de se faire une place dans ce business. Sauf que, comme chacun sait ce n’est pas aisé de se faire un nom dans ce monde, qui plus est avec des origines indiennes.

Cette série c’est vraiment une petite merveille, je me suis enfilée la saison en quelques jours à peine, on rit, on s’émeut et on s’identifie tellement au personnage et à ses galères.

Chaque épisode est basé sur un thème, parfois on s’intéresse à l’immigration, un coup à la parité tout en suivant la vie de Dev, ses relations amoureuses et bien sûr ses rapports avec ses amis. Le plus appréciable c’est que chaque intrigue pourrait nous arriver. il n’y a pas de faux semblant, ou de moments sirupeux inutiles, c’est la vie quoi!

Vivement la saison 2!

 

Afficher l'image d'origine

Star Wars VII : Le réveil de la Force– JJ Abrams : comment parler des favoris du mois sans évoquer Star Wars , épisode 7 ? Impossible ! Je vous fais grâce du pitch et des éventuels spoils.

Dès que le générique a retenti et que le résumé écrit de l’histoire a défilé devant mes yeux, j’en ai eu les larmes aux yeux. L’air de rien, cette suite on ne l’espérait même pas et voilà qu’une nouvelle triologie et des spin off nous sont offerts comme ça, ça fait tellement plaisir. Le mieux c’est de retrouver les anciens Han solo, Chewi, Leia.. Je vous avouerais que j’ai une grande préférence pour les anciens épisodes alors du coup j’étais servie! Mais bien sûr il n’y a pas que ça!

Les nouveaux personnages sont attachants, l’humour était au rendez vous, BB-8 est trop mignon et l’aventure est de retour. Les nouvelles intrigues et les nouveaux secrets concoctés m’interpellent  et j’ai hâte de voir la suite ! Le must restera quand même tous les clins d’oeil laissés par ci et là par le réalisateur mais je ne révélerais rien par respect bien sûr!

 

magicians

The Magicians – Syfy

Quentin Coldwater découvre que le monde de la magie est bien réel, quand il intègre l’école de magie Brakebills. Lui qui se croyait dérangé n’en est qu’au début des révélations. Sa meilleure amie d’enfance quant à elle ,  ne réussit pas l’examen d’entrée et est soumise à un enchantement censé lui faire oublier qu’elle a mis les pieds dans cette école et l’existence même de la magie Pourtant elle se souvient…

Moi qui adore les histoires de sorcellerie ou de magie, j’ai failli sauter au plafond quand j’ai découvert cette nouvelle série! Le 1er épisode installe un contexte crédible qui sucite beaucoup d’interrogations et du coup de l’intérêt. J’ai envie d’en savoir plus sur les différents personnages et sur le monde de la magie. La fin du 1 er épisode nous laisse d’ailleurs en suspens, ce qui est un bon point.

Enfin bref, Pour l’instant, cette série est prometteuse.

 

zoom

A quatre mains, roman de chick lit écrit par  Renée Carlino

Pour s’investir dans ses études au sein d’une prestigieuse université, Mia a mis une croix sur sa vraie passion, le piano. À la mort de son père, elle part à New York et reprend le bar qu’il tenait – un lieu incontournable qui offre leur chance aux jeunes musiciens. C’est là qu’elle rencontre Will, un guitariste qui incarne exactement le style de vie auquel elle s’est refusée. Après s’être liée d’amitié avec Will, Mia lui propose de devenir son colocataire. Finira-t-elle par laisser libre cours à ses passions ?

Ce livre, je l’ai lu très rapidement non seulement parce que l’ambiance morose me plaisait mais également parce que la musique et la nostalgie qui entourent l’histoire étaient omniprésentes. Pour le coup, il s’agit d’une histoire d’amour assez banale, mais tout ce qu’il y a en fond est vraiment intéressant. Le rock et la musique en général bercent totalement cette lecture. En fait, on en apprend beaucoup sur la manière de composer, et a quel point la musique peut s’avérer importante dans la vie d’une personne.

Au final j’ai passé un moment très agréable en parcourant ce petit roman.

 

The White Queen

9 Juin

The-White-Queen

Présentation: Récit écrit par Philippa Gregory  qui revient sur la période des guerres des deux roses opposant les maisons des  Lancaster et des York au 15ème siècle en Angleterre. Le livre se penche plus particulièrement sur la vie d’Elisabeth  Woodvill devenue reine à 28 ans après son mariage avec le nouveau roi Henry VII.

Ce n’est pas une nouveauté, le livre est paru en Angleterre en 2009 et en 2010 en France. Il a récolté un succès fou.  Moi j’ai découvert le roman après l’annonce de l’arrivée de la série The White Queen qui est adapté du roman pour octobre.

philippa-gregory-white-queen
Mon avis : Quelle merveilleuse trouvaille ! Ce bouquin bien qu’historique est assez romancé et partagé avec des passages évidemment inventés.  La fiction est ici nécessaire puisque l’on est dans la tête d’Elisabeth. On découvre ce qu’elle ressent pour son nouveau mari, l’effet qu’il lui fait, ses craintes par rapport a ses ennemis, ses alliances et toutes ses ruses pour rester à la tête du royaume. Elle essaie de déjouer les trahisons qui se préparent à son encontre. C’est en même temps  assez politique.  et c’est palpitant! Par contre, l’histoire est un peu dark par moment, beaucoup de drames sont à prévoir.

Côté écriture, c’est sans grande prétention que l’auteur nous narre cette histoire. C’est écrit simplement. L’intérêt ici se porte d’avantage sur l’histoire que sur le style.

Si vous ne connaissez pas bien cette période de l’histoire anglaise, aucun souci tout est expliqué !

L’auteur est spécialisé dans le genre de fictions historiques. C’est elle qui est à l’origine du roman The Other Boleyn Girl qui a donné le film Deux sœurs pour un roi avec Natalie Portman, Scarlett Johansson et Eric Bana.

Je vais d’ailleurs poursuivre mes lectures avec la suite (qui n’est pas vraiment une suite) The Red Queen ! et j’en profiterai pour donner mon avis!

Je vous laisse avec le trailer de l’adaptation par la BCC one !

La trilogie Crossfire

15 Mai

Trilogie Crossfire

1er Tome : Dévoile-moi , Sylvia Day

2ème Tome : Regarde-moi, Sylvia Day

3ème Tome : pas encore publié, sortie courant août , Sylvia Day

 425969_4726353401761_674908182_n21663_430677890345341_75578330_n

C’est la triologie érotique écrite par Sylvia Day et qui fait un carton ! Alors oui comme beaucoup, j’ai suivi la vague érotique avec Fifty Shades et puis j’ai continué mon chemin érotique avec d’autres best sellers américains. Evidemment j’ai dévoré les deux tomes de la trilogie Crossfire, véritable phénomène qui a devancé Fifty . Si je vous en parle aujourd’hui, c’est parce que le Tome 3 ne devrait plus tarder à  sortir aux US, (vers août) et je pourrais me replonger dans la lecture.

Avant de continuer plus loin, J’ai un aveu à faire : ça me gêne de loucher sur les bouquins érotiques quand je vais à la FNAC.

Un jour ça m’est arrivé et j’étais en mode paranoïa, je lançais des regards derrière mon épaule toutes les 5 minutes comme si j’étais espionnée. Oui j’avais l’air d’une débile. Ce qui est stupide parce que ça ne choque personne à part moi…  C’est probablement pour ça que le genre marche très bien en ebook , je ne suis donc pas la seule!

Revenons à nos moutons,  pour ne pas vous spoiler, si vous avez l’intention un jour de le lire je vous fais juste le résumé et vous donne mon impression.

Mon impression :C’est beaucoup mieux que Fifty shades, bon ce n’était pas dur parce que fifty shades, pour les avoir tous lu, ça devient du grand n’importe quoi dans les 2ème et 3ème tome, les personnages étaient balancés dans des histoires de poursuites, de fous furieux qui en ont après la pauvre Ana, ou le beau Christian; BREF Nawak!

Voici le résumé du TOME 1:

Eva, Elle vient d’arriver à New York, il est businessman. Elle est jeune, il est riche et sexy.

Elle est séduite, il la désire. Ils se donnent rendez-vous. Et se revoient. Régulièrement.

Elle est marquée par son passé, il dissimule des secrets.

Une relation tumultueuse et sensuelle faite de plaisir assumé et d’une grande liberté.

 bandeau devoilemoi

C’est un livre tellement prenant, qu’on est obligé de se sentir impliqué dans leur histoire passionnée.

Pour le coup, Gideon Cross le héros a tout de Christian Gray( cf fifty shades), le SM en moins. Il est beau, riche et puissant, toutes les femmes lui courent après. Mais c’est un éternel célibataire qui a fait fortune seul et qui a bâtit un empire dans lequel il se réfugie. Ici pas de nouveauté donc mais le plus c’est que L’héroïne est déjà plus expérimenté qu’Ana dans Fifty Shades. Elle ne tombe donc pas des nues quand elle ressent une attirance incontrôlable pour Gideon Cross. De surcroît,  elle vient d’un milieu aisé, elle connaît déjà ce monde dans lequel vit le héros. Ça  c’est vraiment  le gros plus. Et c’est ce qui fait que l’histoire est plus crédible je dirais.

Son background est aussi sombre qu’intéressant et  donnera matière à l’histoire. en plus des scènes de sexe.

D’ailleurs, concernant les scènes érotiques, autant dans Fifty Shades, je n’étais pas fana des scènes trop hard dans lesquelles Ana était soumise. Autant, dans Crossfire rien de tout ça. c’est plutôt elle qui domine !

Globalement j’ai adoré suivre les ébats amoureux, découvrir la complexité des personnages , leur passé difficile et leur relation tumultueuse. L’humour est également au rendez vous par moment . Néanmoins, il y a quand même des sujets plus sensibles liés au traumatismes des deux héros. Les deux ont soufferts en étant plus jeune. Donc, il ne faut pas avoir peur d’être choqué. Mais je n’en dévoile pas plus !

 En fin de compte, c’est vraiment sympa, et si vous avez aimé Fifty Shades, je suis sûre que vous adorerez cette trilogie. Quand vous aurez fini le 2ème tome vous aurez envie de courir voir la suite, comme tous les fans!

Book(iner)

21 Jan

Je viens de constater quelque chose , je n’ai pas encore évoqué mes lectures du soir.. hin hin… Non non attendez , lecture du soir ne veut pas forcément dire lecture érotique.  Même si il est vrai que ce genre est à la mode ces temps ci! N’est ce pas fifty? fifty what?

Non en vérité , récemment je me suis mise à la lecture en anglais, et je me suis concentrée sur un écrivain en particulier qui n’est autre qu’ Alexandra Potter!

Image

Je n’ai lu pour l’instant que deux de ses best seller ( apparemment tous les bouquins qu’elle sort sont des best seller, la coquine!) mais je dois dire que j’y ai pris goût ! ce qu’il y a bien chez elle , c’est qu’elle mêle à la fois mini fantastique et romance! un peu comme drop dead diva (dont je parlais récemment). Dans Me and Mr Darcy , l’auteur fait voyager une héroïne vivant au 21 ème siècle à Londres au coeur du 19ème chez les Benett, personnage principaux du célèbre roman de Jane Austen! C’est ici qu’elle va rencontrer notre cher orgueilleux Mr Darcy.

Je ne suis pas la seule à apprécier puisque apparemment, Alexandra Potter a gagné le prix du Best new Fiction au Regency World Awards !

Image

Evidemment, Me and Mr Darcy n’est pas le seul bouquin qui mérite l’attention, il faut que je vous cite également « Don’t you forget about me » ! Encore une fois, sont entremêlées romance et surnaturel. Quand Tess se fait larguer par son amoureux, elle ne peut s’empêcher de se blâmer et de se trouver responsable de la rupture. Elle aurait du être plus attentive, moins self centered. Du coup, le soir du réveillon du jour de l’an, elle fait le voeu de ne pas avoir vécu cette histoire. Le jour suivant, son voeu est exaucé . Elle réalise alors qu’elle a une deuxième chance de faire marcher leur relation et de tout recommencer à zéro.

Tentant, n’est ce pas? En somme il faut absolument lire ces bouquins!