La série feelgood

31 Mar

Afficher l'image d'origine

Crazy ex-girlfriend est très certainement mon plus gros craquage en terme de séries depuis  Jane The Virgin. Le parcours des deux show est d’ailleurs assez similaire. Gina Rodriguez gagnait l’an dernier le golden globes de la meilleure actrice pour son rôle de Jane dans Jane the virgin, le nouveau show fantaisiste de the CW.

Cette année c’était Rachel Bloom  pour Crazy ex girlfriend encore une fois sur the CW. Tiens donc en ce moment la chaîne a un bon flair n’est-ce pas? Eh pourtant le titre de la série pourrait donner la nausée aux moins féministes d’entre nous., j’en conviens. Mais il ne faut pas se cantonner au titre, je vous le dis! L’écriture est très certainement assez farfelue et cela s’explique en partie par le CV de la co scénariste. En effet, Rachel Bloom participe à l’écriture et officie également en tant que premier rôle du show. C’est elle la crazy ex ! Et elle a travaillé sur robot chicken pendant 3 ans tantôt en tant qu’actrice tantôt en tant que scénariste. Du coup, de l’humour elle en a!

Le Pitch : Rebecca se fait plaquer après deux mois d’été formidable par Josh Chan. Quelques années plus tard, Rebecca est devenue une talentueuse avocate à New York. Elle tombe par hasard sur Josh Chan, et apprend qu’il quitte New York pour West Covina, en Californie. Rebecca décide alors de tout plaquer pour vivre là-bas.

Au programme de cette série déjantée :

  • Des scènes musicales impromptues où les personnages se mettent en scène et chantent. C’est toujours ridicule et très assumé et surtout très amusant.

    Afficher l'image d'origine

    On s’exprime en chanson !

  • De la folie. Oui comme le titre de la série le proclame, nous suivons bien la vie d’une personne atteinte d’un degré de folie plus développé que les autres. Mais ne vous inquiétez pas, ça reste très gentillounet. Après tout il s’agit bien de l’histoire d’une femme qui quitte tout pour suivre son ex qu’elle n’a pas revu depuis ses 16 ans à l’autre bout des usa mais qui est doté d’une intelligence remarquable et d’un sens de l’audace peu commun.
  • Des moments de gêne fréquents qui donnent lieu à des situations plutôt drôles aux dépens du personnage principal
  • Rebecca parvient à se constituer une toute nouvelle vie à West Covina  bien qu’elle soit carrément obsédée par Josh. Le cabinet dans lequel elle travaille n’a rien du prestigieux cabinet de New York qu’elle a quitté mais ses collègues sont plus humains et plus accessibles et parfois totalement débiles (il faut l’avouer).
  • Rebecca et sa nouvelle BFF sont toujours en train de comploter pour mettre au point une stratégie qui la rapprocherait de Josh. Oui c’est un petit peu creepy.. Mais évidemment rien ne se passe comme prévu à chaque fois. Car des rebondissements sont au rendez vous.
Afficher l'image d'origine

Ici Rebecca nous explique que les gros seins ne sont pas si sexy (en chanson)

Au final c’est une série très appréciable qui fait passer un bon moment. On peut juste craindre que l’histoire n’ait pas assez de matière pour faire perdurer la série. Avec ce titre, le risque serait que les scénaristes soient toujours contraints  d’en revenir à l’obsession de Rebecca pour son ex et que cela limite l’avancée et l’évolution des personnages. En attendant, nous n’en sommes qu’à la première saison et le show a été renouvelé donc nul doute que nos questions auront leurs réponses dans la suite.

 

Publicités

Une Réponse to “La série feelgood”

  1. Vernie Par la Vie 15 août 2016 à 10h 38 #

    Série Feel Good, c’est ça !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :