Mes films cultes

17 Déc

Et si je vous parlais de mes films cultes? Plus jeune, ma mère qui est une vraie cinéphile nous faisait regarder à mes sœurs et moi plein de films plus cool les uns que les autres. Parmi eux, il y avait les grands classiques  avec évidemment Star Wars, Jurassik Park, Indiana Jones et autres films du style. Mais certains sortaient davantage du lot..

Willow,  réalisé en 1988 par Ron Howard (Le Grinch, un homme d’exception, Da vinci Code, Au coeur de l’océan) avec au casting mon idole de toujours Val Kilmer, Warwick Davis (Harry Potter, Star Wars 7).

Afficher l'image d'origine

Pitch : Un royaume qui est peuplé de nains apppelés les Nelwyns est dominé  par les Daikinis, des gens de taille normale. Ces derniers sont gouvernés par une reine cruelle et maléfique du nom de Bavmorda. Un jour, un prophète annonce la naissance d’une princesse appelée à detrôner Bavmorda. La terrible reine ordonne alors de tuer céans tous les nouveaux-nés du royaume. Mais Elora échappe au massacre et c’est Willow, un jeune Nelwyn féru de magie, qui la recueille. Mais Bavmorda n’en a pas fini..

Ce film du genre héroic fantasy est absolument génial. Bon déjà, nous avons le plaisir de découvrir Val Kilmer sous son meilleur jour, encore jeune et beau, et puis surtout nous avons devant nous un véritable spectacle avec de l’humour, des créatures étranges, de la magie, de l’aventure, de la fraternité et même une histoire d’amour. Vous voyez tous les ingrédients d’un bon film sont réunis. Entre nous, c’est avec ce film, que j’ai découvert mon inclinaison pour les univers fantastiques et pour Val Kilmer aussi..

 

Frankenstein Junior – réalisé et écrit par Mel Brooks(La folle histoire du monde) en 1974  est un film parodique des films d’horreurs et surtout de Frankenstein et de ses innombrables adaptations.

Afficher l'image d'origine

Ici l’histoire est quelque peu revisitée puisque nous nous intéressons à Frederick Frankenstein, arrière petit-fils du Dr, qui n’est pas fier des travaux de son arrière grand-père. Un jour, il  est abordé par un homme apportant le testament de son grand-père. Frederick  se rend alors au château familial en Transylvanie, où il est accueilli par Igor, un serviteur bossu et Inga, une laborantine. Frederick décide à son tour de créer un être vivant à partir de cadavres. Igor est chargé de trouver le cerveau d’un génie pour l’implanter dans la tête de la créature. Malheureusement, Igor se trompe et apporte à son maître un cerveau anormal..

Entre absurdité et parodie assumée, on passe un super moment. Les répliques sont énormissimes à condition de regarder ce film en VO! Les musiques de suspens et les arrêts sur image sont à mourir de rire et non on ne meurt pas d’effroi mais l’ambiance est bien sombre. Bon c’est aussi parce que le film est en noir et blanc. (Mais quel humour!) Si vous vous intéressez au film de près, vous découvrirez un tas de double sens très amusants. Beaucoup de références à des films d’horreur classiques peuplent la narration.Le pire dans tout ça c’est que le film a 40 ans mais sonne encore juste dans ses parodies!

Les Goonies –  réalisé en 1985 par Spielberg.

Afficher l'image d'origine

Comment ne pas mentionner ce film si génial ici? Cette production a bercé mon enfance. Si bien que je ressors encore certaines répliques. En fait, je l’ai dans la peau. Au casting il n’y a que Sean Astin qui ait fait carrière au cinoche. Eh oui Mickey a pris du poids et est devenu l’incontournable Sam Gamegie.

Pitch : Alors que les terribles Fratelli s’évadent de prison, Bagou, Choco, Data et Mickey, une bande de gamins, trouvent dans le grenier de ce dernier une vieille carte au trésor menant au pirate Willy Le Borgne. Alors que leur quartier va bientôt être rasé par le promoteur Elgin Perkins pour être remplacé par un terrain de golf, les garçons décident de se mettre à la recherche du butin pour éviter la destruction des maisons. Bientôt rattrapés par Brand, le frère de Mickey, et deux amies, Steph et Andy, les « Goonies » suivant leur carte, arrivent et pénètrent dans un vieux restaurant en bordure de mer ; sans savoir que l’endroit est déjà occupé par les Fratelli en cavale, s’en suivra de la poursuite de leur aventure souterraine jusqu’au bateau pirate de Willy Le Borgne et de son fameux trésor…

Rien que le scénario met l’eau à la bouche, il n’y a que Spielberg pour avoir autant d’imagination et exceller dans le divertissement bienveillant. Ce que j’apprécie le plus c’est la complicité entre ces jeunes adolescents et la solidarité dont ils vont devoir faire preuve. Evidemment c’est destiné à un public jeune alors les méchants ne font pas vraiment peur et les gentils sont quand même super gentils mais qu’est-ce qu’on se marre! A regarder avec des pop corn et un soda américain.

Chantons sous la pluie – réalisé par Stanley Donnen en 1952.

Afficher l'image d'origine

Cette comédie musicale parle à tout le monde bien sûr.  Et pour moi elle a une place particulière. J’adore les musiques, les danses, les costumes. Et surtout Gene Kelly et Donald O connor que je trouve absolument excellents. Dès que j’entend une chanson j’ai envie de me mettre à danser. J’aurais aimé faire des claquettes rien que pour reproduire les chorégraphies.

Pitch : En 1927, Don Lockwood est une star du cinéma muet sauf que les premiers films parlant arrivent. Il faut donc se mettre a la page. Mais la voix de sa partenaire est trop désagréable. Cosmo qui travaille sur le film décide de la faire doubler par Kathy, une jeune danseuse à la voix belle et dont Don est amoureux.

Ce qui est intéressant c’est qu’avec ce film on en apprend sur les enjeux du cinéma américain dans la fin des années 20. On découvre aussi comment sont tournés les films de l’époque. Limite c’est instructif! Mais le plus beau dans l’histoire restera l’histoire d’amour entre Kathy et Don. Funny Fact : Saviez vous que l’actrice interprétant Kathy (Debbie Reynolds) est en vérité la mère de Carrie Fisher. Comme quoi Star Wars n’est jamais très loin !

 

Will Hunting – réalisé par Gus Van Sant (elephant, Harvey Milk) en 1997 et écrit par Matt Damon et Ben Affleck.

Afficher l'image d'origine

Au casting, nous retrouvons Matt et Ben, également Robin Williams en psy sévère, Minnie Driver, Casey Affleck. Ce qui me plaît c’est de penser que tout a commencé pour Ben affleck et Matt Damon à cette époque, et maintenant elles sont devenues les stars qu’on connaît aujourd’hui. Bon on met de côté le passage à vide connu par Ben grâce à Daredevil (beurk).

Pitch : Will Hunting passe la serpillière au MIT et multiple les délits, mais il n’est pas comme les autres. Orphelin et sans le sous, Will a quelque chose d’unique : il est surdoué et excelle en mathématiques appliquées. Un jour, il se fait remarquer par l’un des professeurs de l’université. Il a réussi a résoudre un théorème d’une grande difficulté. Cela marque le début d’une nouvelle vie pour Will qui devra se faire suivre par un psy et faire confiance aux autres.

Le mieux dans ce film c’est de voir l’évolution d’un type renfrogné et associable mais super doué devenir un type heureux qui s’ouvre au monde. En fait, c’est un film plein d’espoir. Même si on a connu des atrocités dans sa vie, on peut apprendre à les surpasser. Bon avoir un don dans un domaine, ça aide aussi.

 

Publicités

Une Réponse to “Mes films cultes”

  1. Kimysmile 17 décembre 2015 à 17h 58 #

    Les Goonies ❤

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :